Non à la proposition de la Métropole sur le rond point de Girac

Suite à la réunion organisée par SOS Lez Environnement le 14/10 au Dévézou, nous publions un addendum à cet article. Vous pouvez le lire en cliquant sur ce lien Addendum.

Devant l’absence (voulue ?) de communication de la part de l’équipe municipale autour de ce projet qui est très impactant pour les Montferriérain(e)s, nous avons décidé, nous, association Montferrier Ensemble et nos 2 élus, d’informer les Montferriérain(e)s. La solution proposée par la Métropole (qui diffère totalement de la proposition initiale qui a fait l’objet d’une enquête publique) à laquelle s’ajoute l’inertie de l’équipe municipale (devons nous accepter tout et n’importe quoi de la part de la Métropole au titre d’une crainte de la suspension de financements potentiels à venir ?) nous semble trop impactante pour laisser cela uniquement à la décision de quelques techniciens ou d’élus non impliqués dans notre vie communale.

Résumé des faits

Le projet initial

L’enquête publique préalable du projet de tram ligne 5 avait proposé un parking de dissuasion et de délestage au niveau du giratoire Girac (rond point situé à l’intersection de la route de Clapiers et de la RM65 dite route des ronds-points). Ce projet (1) et son plan détaillé avaient été présentés en 2012 aux populations résidentes (procédure classique d’enquête publique) et validé. Mais ce projet initial a été modifié sans la moindre concertation (pas de réunion publique à ce jour). A l’heure actuelle, il est très difficile d’obtenir une version officielle du projet : aucun plan de l’aménagement du rond-point de Girac n’est mis en ligne sur le site du projet de la ligne 5 du tram (https://tram5-montpellier3m.fr – dernière consultation du site à la date de la publication de cet article soit le 25/09/2022).

Projet Initial de l’aménagement du rond-point de Girac entre Clapiers et Montferrier sur Lez (Source : Enquête Publique – « Ligne 5 » Tramway de Montpellier – Mars 2013)

Initialement, le rond-point de Girac était maintenu, avec le parking à l’intérieur du rond-point (les aménagements ont déjà démarré), l’arrêt de tram se trouvant à l’ouest du rond-point (en contre-bas de la route), les 2 constructions (parking et arrêt de tram) étant reliées par un passage en souterrain (sous le rond-point) ou peut-être une passerelle. Il se peut que cela soit modifié si la ligne de tram est prolongée jusqu’à Clapiers (terminal à la médiathèque) ce qui pour l’instant n’est pas budgétisé dans le planning initial.

Le nouveau projet soutenu par la Métropole

Afin d’être le plus compréhensible possible, nous détaillons les échanges routiers des 3 voies (depuis Prades le Lez, depuis Montferrier sur Lez, depuis Clapiers) qui accèdent actuellement au rond-point de Girac.

A – En venant de Prades le Lez :

L’ancienne route de Clapiers (RM17) débouchera sur un rond-point de taille réduite qui permettra l’accès au parking du Tram. Elle devrait permettre au flux automobile venant du nord (Prades le Lez, Saint Clément de Rivière, Saint Mathieu de Tréviers) d’accéder à la RM65 en direction du rond-point d’Agropolis via une bretelle d’accès. Pour partir vers les communes de l’Est de Montpellier, les automobilistes devront suivre le même chemin et prendre le rond-point d’Agropolis pour repartir en sens opposé vers l’Est de Montpellier. Cette route (qui initialement a été créée pour soulager le trafic sur la route de Mende) verrait son flux arriver sur un petit rond-point qui sera un énorme goulet d’étranglement (dont les nuisances seront augmentées dès qu’il sera agrémenté par des feux pour permettre le passage du tram vers Clapiers -> finalisation de la ligne telle que prévue initialement).

L’impact principal de la nouvelle mouture du projet se trouve dans cette configuration voulue par la 3M pour « forcer » les gens à prendre le tram : de fait, tout le trafic automobile ne souhaitant pas accéder au Tram en provenance du nord, serait reporté (afin d’éviter le goulet d’étranglement) sur la route de Mende (et autres voies traversantes dans le village).

B – En venant de Clapiers :

La RM65 permet de rejoindre le rond-point d’Agropolis sans traverser le rond-point de Girac qui n’existera plus.

Pour accéder au parking du Tram et à Prades le Lez (et autres communes du nord), une bretelle d’accès est prévue, longeant la RM65 pour accéder au rond-point qui sera situé à l’entrée du parking. Il faut espérer que la remontée vers les communes du Nord sera autorisée.

Pour revenir à Clapiers depuis le parking du Tram, les Clapiérois devront prendre la RM65 et retourner vers leur village en faisant demi-tour grâce au rond-point d’Agropolis.

C – En venant de Montferrier sur Lez :

Pour aller vers les autres communes de l’est de la Métropole : la RM65 ne traversera plus de rond-point mais sera continue.

Pour accéder au parking du Tram et aux communes du nord (Prades le Lez et autres), 2 options seront possibles :

  1. suivre la RM65 jusqu’à Clapiers en prenant la bretelle vers Botanic, le pont sur la RM65 et revenir sur la RM65 jusqu’au Parking du Tram par la bretelle d’accès.
  2. prendre la route de Mende vers le nord, passer sur le pont du Lez (actuellement en travaux) pour aller jusqu’au P+Tram de Girac via la RM17 (ex-route de Clapiers).

En résumé :

  • le rond-point de Girac tel qu’il existe actuellement et comme il avait été pensé dans le projet initial, est supprimé.
  • la RM65 (dite route des rond-points) ne traversera plus de rond-point. Cette route va devenir un vrai périphérique avec tout ce que cela entraine de nuisances (sonores, excès de vitesse, …). Ce sera une longue ligne droite depuis le rond-point en bas de Veyrassi / Plan des 4 seigneurs jusqu’au rond-point du lycée Georges Pompidou.
  • Un nouveau rond-point sera créé qui permettra l’entrée dans le parking Tram et d’aller vers le rond-point Agropolis via une bretelle entrante sur la RM65. Une bretelle entrante depuis la RM65 est prévue aussi.
  • Les difficultés de circulation vont s’amplifier dans le sens Sud-Nord et Nord-Sud (par ex. : pour les personnes qui travaillent sur Montpellier et qui habitent dans les communes du nord comme Prades le Lez et au-dessus). Ces difficultés vont entraîner une recherche permanente de solutions alternatives au travers le réseau routier de Montferrier sur Lez.
  • Le trafic sur le rond-point Agropolis va exploser aussi car il sera emprunté par toutes les personnes qui du parking du Tram voudront repartir vers Clapiers et les communes de l’Est. Regardez ce qui se passe à l’heure actuelle à partir de 17h jusqu’à 19h tous les soirs.

Pourquoi la proposition de la 3M nous semble inacceptable en l’état ?

Que ce soit bien clair : nous sommes conscients que les contraintes climatiques doivent nous pousser à favoriser les transports en commun et réduire l’usage de la voiture personnelle.

Mais nous souhaitons un projet équilibré qui ne fait pas peser sur une seule commune (la nôtre) et ses habitants tout le poids de décisions prises dans un contexte peu démocratique (pas d’enquête publique pour l’instant pour ce nouveau projet).

Nous ne souhaitons pas laisser faire un projet (nous souhaitons déjà mobiliser la population de Montferrier sur Lez et notamment les riverains de la route de Mende au travers d’une pétition en ligne) qui va faire exploser le flux automobile dans notre village (en plusieurs points où les routes traversantes souvent de petite taille vont connaître un afflux comme le chemin des Baumes, l’avenue des Platanes ou le chemin de Cantagrils qui débute par le chemin du Val de la Lironde). Surtout que les projets d’écomobilité douce (comme la piste cyclable sur la route de Mende RM112) semblent être moins prioritaires pour la 3M que la ligne de tram 5 dont l’inauguration en 2025 est un enjeu électoral majeur pour le maire de Montpellier.

Nous comptons sur votre mobilisation à nos côtés.

PS : cet article a été rédigé en l’état de nos connaissances arrêtées au 27 septembre. La distribution du bulletin municipal où il est fait mention d’actions de la part de Mme le Maire Brigitte Devoisselle (un courrier à la 3M : c’est vraiment le minimum) à ce sujet n’a pas été porté à la connaissance de l’ensemble du conseil municipal dont font partie nos 2 élus. On voit bien là, le peu de considération de Mme le Maire pour la démocratie et l’information des conseillers. Il nous a été demandé de ne pas rendre publiques les informations transmises par Julie Frêche et son équipe lors du point d’information du mois d’avril 2022. Ces infos ne sont soi-disant que des avants projets. Doit on attendre que le projet soit ficelé pour réagir ?

Articles connexes :

  • Article concernant l’aménagement par rapport aux cours d’eau : https://tram5-montpellier3m.fr/actualite/les-travaux-de-la-ligne-5-cest-aussi-preserver-les-cours-deau/
  • Nous ne souhaitons pas subir le sort que le maire de Montpellier réserve à certains de ses administrés : https://www.midilibre.fr/2022/09/28/montpellier-le-collectif-des-quatre-boulevards-pointe-linjustice-environnementale-et-des-risques-de-cancers-10700570.php

Addendum ajouté le 22/10/2022

Lors de la réunion organisée par SOS Lez Environnement le vendredi 14 octobre au Devezou, Michel Bourrely, élu d’opposition de la liste « Vivons Montferrier », déclarait :

Le Conseil Municipal est unanime dans son opposition à ce réaménagement, et la Métropole le sait.

Compte Rendu de la réunion par SOS Lez Environnement

Dans la Gazette de Montpellier (n°1792 du 20 au 26 octobre 2022, p. 18) le journaliste rappelle que Mme la maire de Montferrier n’a pas répondu à ses sollicitations mais son opposant, Michel Bourrely a tenu à préciser : « La maire et tout le conseil sont opposés à ce projet tel qu’il est. »

Il nous parait très surprenant qu’un élu dit d’opposition parle au nom de la majorité du conseil municipal. Mme le Maire Brigitte Devoisselle n’était pas présente à la réunion le 14 octobre au Devezou, mais une conseillère était bien là (elle n’a pas assistée à la réunion mais est venue voir seulement si il y avait du monde). Si la majorité municipale avait voulu donner son avis, c’était à Mme la Maire de le faire et cette réunion publique était l’occasion de le faire. Cette parole de substitution par un élu soi-disant d’opposition permet de se demander si Mr Bourrely n’est pas tout simplement un membre de la majorité municipale aujourd’hui.

Mais revenons en aux faits …

Comme nous l’avons rappelé lors du compte rendu du conseil municipal du 6 octobre, dans la question orale n°3, une motion contre le projet d’aménagement du RP de Girac avait été préparée en concertation par les 3 groupes du conseil municipal (Avec Vous pour Montferrier groupe majoritaire, Vivons Montferrier et Montferrier Ensemble, les 2 groupes d’opposition bien que l’on peut émettre des doutes pour certains). Cette motion, qui devait être votée lors de ce conseil, n’a pas été inscrite à l’ordre du jour par Mme la maire Brigitte Devoisselle et le bureau municipal (c’est-à-dire les adjoints – cf. article 3 du règlement intérieur). Cette motion qui nous semble importante pour bien clarifié la position des uns et des autres, a été repoussée à une date qui n’a pas été précisée.  

Donc, à ce jour, nous ne pouvons pas dire que la majorité est CONTRE le projet du rond-point de Girac voulue par la Métropole. Nous ne pouvons dire, non plus, qu’elle est POUR. Dans l’état actuel, nous pouvons seulement dire que la majorité du conseil municipal à Montferrier est dans l’ATTENTE. Et cela dure depuis le 14 avril, date à laquelle Julie Frêche, VP Métropole, est venue présenter le projet modifié du rond-point de Girac au groupe de travail « Mobilités » à Montferrier.

Espérons seulement que cette position attentiste ne sera pas interprétée par la 3M comme une acceptation de fait du projet en l’état.

Partager sur vos médias sociaux

Cet article a 3 commentaires

  1. Gleizes Bernard

    Je pense qu’il est déjà trop tard. Le projet en est au stade de la réalisation. Les marchés de travaux publics sont déjà passés et les entreprises désignées, comme ça à été le cas pour le pont sur le Lez où la métropole a lancé une enquête publique alors que le projet était ficelé et les ravaux attribués.
    À part des actions dures (blocage de routes manifestations sur le chantier…) il ne faut pas espérer être entendus.
    On retrouve bien les méthodes de l’équipe dirigeant de la métropole où tout se fait en catimini. Lorsque la population découvre les projets, tout est déjà décidé sans concertation et sans retour en arrière envisageable (voir tunnel de la comédie, Avenue Albert Dubout.).
    À noter que les mêmes personnes, élues de Montpellier, se débarrassent de leurs problèmes sur les communes périphériques où ils n’ont aucun risque électoral.

  2. Silberstein

    Merci de ciculariser le nouveau plan que nous pourrions visualiser directement plutôt qu’une description littérale. Cordialement

    1. Bonjour,
      A ce jour, nous ne sommes pas autorisés à publier des croquis et schémas fournis par la Métropole car ils ne sont pas définitifs et non pas vocation à être rendus publics.

Laisser un commentaire